Les pièges à éviter en achetant un mobil-home

En matière d’investissement locatif, le mobil-home constitue un choix rentable. Son prix à l’achat est largement accessible, même pour un modèle neuf. De plus, l’investisseur bénéficie du statut de loueur en meublé professionnel lui permettant de choisir entre deux régimes fiscaux avantageux.

Acquérir un mobil-home en dehors du camping

Bien que les offres de vente de mobil-home soient alléchantes en termes de prix, il vaut mieux ne pas prendre le risque. Ces logements vendus en dehors des campings et des parcs résidentiels sont assortis de nombreuses contraintes. En outre, plusieurs établissements de plein air n’autorisent pas les locataires de parcelle à implanter leur mobil-home dessus. Sans parler des dépenses conséquentes occasionnées par le chargement et le déchargement, ainsi que le transport de la résidence mobile facturé à 5 € par km.

Les frais d’installation et de mise en stabilité ne sont pas en reste. Pour cela, il faut prévoir en moyenne 8.000 euros pour le « droit d’entrée » dans le parc locatif. En tout cas, acheter un mobil-home déjà installé dans le camping se révèle plus avantageux financièrement, d’autant plus que les modèles qui y sont proposés s’accompagnent d’une garantie.

Acheter auprès d’un particulier

Tout comme l’achat d’un mobil-home en dehors du camping, acheter auprès d’un particulier ne profite guère à votre investissement. Dans ce cadre, le prix de vente est généralement plus élevé que celui pratiqué couramment sur le marché. L’opération devient ainsi coûteuse, sans prendre en compte les frais d’installation et de transport du mobil-home comme nous l’avons décrit plus haut.

Implanter le mobil-home sur un terrain privé

Bien que la réglementation en vigueur autorise le propriétaire d’installer le mobil-home sur un terrain privé, les conditions sont complexes. A priori, ce type de logement est prévu pour s’installer dans les campings, les villages de vacances, les PRL et terrain de loisirs sous certaines conditions.

Les différents types de contrat

Quel que soit le type d’établissement choisi, on vous proposera différents contrats pour la location de parcelle.

  • Le contrat à durée déterminée
    D’une durée comprise entre cinq à dix ans, il implique de changer de mobil-home ou d’emplacement lorsque le contrat arrive à terme. Pour en tirer profit, il est conseillé de le revendre à un particulier, et de le remplacer par les modèles récents, de quoi éviter les frais de transport ou d’installation.
  • Le contrat à reconduction tacite
    Sa durée n’est pas déterminée au préalable, ce qui implique d’être prudent quant aux conditions de renouvellement exigées par l’exploitant du parc locatif.
  • La gestion locative assurée par le camping ou le PRL
    Une clause de contrat interdit au propriétaire de mettre en location lui-même la location de son bien. Il revient alors au gérant de l’établissement qui a droit à une partie des recettes locatives, entre 20% et 60% selon les cas.

La durée d’ouverture des campings

Il convient de miser sur un camping ouvert toute l’année pour que vous puissiez profiter de la convivialité du site à n’importe quelle période de l’année. En votre absence, le logement sera accessible comme locataires.

Découvrez les mobil-homes en vente à Brétignolles

Consulter tous nos articles